Fouilles à Gaza

Fouilles à Gaza, 6 peintures support bois, technique mixte. Format 47×47 cm.

fouilles-a-gaza1.jpg
fouilles-a-gaza1.jpg
fouilles-a-gaza2.jpg
fouilles-a-gaza2.jpg
fouilles-a-gaza3.jpg
fouilles-a-gaza3.jpg
fouilles-a-gaza4.jpg
fouilles-a-gaza4.jpg
fouilles-a-gaza5.jpg
fouilles-a-gaza5.jpg
fouilles-a-gaza6.jpg
fouilles-a-gaza6.jpg

Une petite histoire de l’archéologie de Gaza peut s’écrire en choisissant de présenter des sites selon la chronologie ou suivre le déroulement des découvertes. Nous préférons conjuguer le fil de la recherche avec le rappel, ici ou là et quand il convient, de tel ou tel sujet sans souci de chronologie : le Vieux Gaza appelle les Philistins, le byzantin appelle la mosaïque !

Il va de soi qu’un regard d’historien qui considère Gaza embrasse la région sans tenir compte des limites artificielles où se réduit aujourd’hui la Bande de Gaza. La cohérence de l’histoire et de la géographie humaine oblige à ce qu’elle déborde vers l’est jusqu’à la zone steppique et se prolonge au sud jusqu’où les palmeraies s’achèvent. Pendant plus de mille ans, Gaza a été une principauté décidément palestinienne, ouverte à ses marges désertiques et son cordon ombilical n’a jamais été coupé avec la Mère Égypte. Un regard d’ensemble jeté sur la densité et la diversité des sites, toutes époques confondues, perçoit vite que cette terre-là est pour l’archéologue une terre d’élection. La plupart de ses richesses sont encore sous les sables, parfois intactes et qu’on y attaque les dunes ou nivelle les champs, il est difficile de ne pas trancher avec les bulldozers dans les archives des hommes. Cette richesse-là vaut tous les sacrifices et tous les efforts.

L’archéologie à Gaza, aujourd’hui, n’est pas une archéologie d’amphithéâtres universitaires mais une archéologie courageuse. Elle a, sans parfois savoir comment l’écrire, le courage de l’avenir. La tâche ne manque pas et les bras manquent. Le littoral a joui, ici, d’une activité humaine si intense, à cause de l’excellence de son climat et de sa providentielle position stratégique et commerciale, que Gaza a fondé sans relâche et partout. Elle a toujours su profiter de la proximité de son grand voisin, l’Égypte. Gaza reste une grande dame qui se tient debout devant la mer : son domaine est l’Arabie dans le dos et devant elle rien que la Méditerranée !

Source: Gaza à la croisée des civilisations
LES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES À GAZA
(extrait du catalogue de l’exposition)

Thèmes : , , , , , ,

Version Imprimable de la page

Télécharger au format PDF

Faire un rétrolien

S'abonner aux flux RSS du site


A propos de cette page

Fouilles à Gaza